Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Facebook révèle ses inquiétudes sur les outils de ciblage

Mike Schroepfer, directeur de la technologie à Facebook, a avoué que la compagnie avait mis du temps à comprendre les dangers potentiels de ses outils de ciblage.

L'Internet Research Agency, une organisation russe de propagande sur internet, avait fait circuler de fausses informations lors des élections présidentielles américaines en 2016, et Schroepfer a admis avoir été ennuyé par ce problème.

"C'est une terrible idée qu'un état-nation utilise notre produit pour intervenir dans une élection démocratique en se faisant passer pour des citoyens américains," a t-il expliqué. "Nous avons été lents à comprendre l'impact que cela pouvait avoir."

Schroepfer a également promis de rendre les publicités politiques plus transparentes à l'avenir. Cependant, le directeur de Facebook a admis qu'il n'y avait pas de solution évidente à ce problème pour le moment.

"Vous pouvez ignorer une publicité d'un annonceur spécifique, ou vous pouvez changer ou retirer les pubs selon vos préférences et vos intérêts de base."

Par ailleurs, Mark Zuckerberg avait précédemment révélé que ses données avaient aussi été récoltées lors du scandale sur la vie privée.

L'homme d'affaires de 33 ans a également annoncé que sa compagnie étudiait la possibilité de prendre des mesures contre l'université de Cambridge, où le chercheur Aleksandr Kogan, qui a vendu les données personnelles à Cambridge Analytica, était basé.

"Nous avons découvert qu'il y avait tout un programme associé à l'université de Cambridge où il y avait plusieurs autres recherches construisant des applications similaires," a expliqué Zuckerberg. "Nous devons donc comprendre si quelque chose de mal se déroulait à l'université de Cambridge, ce qui nécessiterait une réaction forte de notre part."

Contenu sponsorisé