Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Le gouvernement britannique envisage de réprimer les applications et les sites qui ne s'attaquent pas aux 'préjudices en ligne'

Le gouvernement britannique a l'intention de réprimander les réseaux sociaux et les sites internet qui ne s'attaquent pas aux "préjudices en ligne".

Les applications pourraient être lourdement condamnées ou bloquées au Royaume-Uni si elles ne prennent pas les mesures nécessaires pour empêcher et sanctionner les publications qui peuvent nuire à autrui, tels que de la pornographie et du contenu terroriste. Un avertissement lancé par le secrétaire d'État à la Culture, Jeremy Wright, qui a déclaré sur 'BBC Breakfast': "L'ère de l'autorégulation des entreprises en ligne est terminée.

"Les mesures volontaires prises par l'industrie pour s'attaquer aux préjudices en ligne n'ont pas été appliquées de manière cohérente ou ne sont pas allées assez loin."

Il a ajouté quant aux modes de fonctionnement et aux pénalités qui pourraient être mis en place:

"Si vous regardez les amendes imposées à la commissaire à l'information par rapport aux règles du GDPR, cela pourrait représenter jusqu'à 4% du chiffre d'affaires de l'entreprise ... nous pensons que nous devrions envisager quelque chose de comparable ici."

Les plans proposés appellent un régulateur indépendant à infliger des sanctions aux réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter, ainsi qu'à Snapchat et même aux services de stockage Cloud.

Le ministre de l'Intérieur, Sajid Javid, a déclaré que de telles applications et services doivent "protéger les jeunes dont ils tirent profit".

Il a ajouté : "Malgré nos nombreux appels à l'action, les contenus préjudiciables et illégaux, notamment les abus envers les enfants et le terrorisme, sont encore trop facilement accessibles en ligne."

Contenu sponsorisé