Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Instagram critiqué par le NSPCC

Selon l'organisation britannique NPSCC ('The National Society of the Prevention of Cruelty to Children', soit la société nationale de prévention contre la cruauté sur mineurs), Instagram contiendrait plus de délinquants sexuels qu'aucune autre plateforme en ligne. Le fameux réseau social destiné au partage de photos serait en effet l'endroit préféré des délinquants sexuels qui cherchent à attirer des mineurs.

La police en Angleterre ainsi que les autorités du Pays de Galles ont enregistré 1,944 incidents de communication sexuelle entretenue en ligne par des adultes avec des enfants au cours de six mois, jusqu'en septembre 2018, et dans les 1,317 cas où une méthode de communication a été enregistrée, 32 % des cas provenaient d'Instagram.

Par ailleurs, Facebook était responsable de 23 % de ces infractions, tandis que Snapchat en contenait 14%.

Toute communication de nature sexuelle avec un mineur est devenue illégale en avril 2017, après que beaucoup de personne avaient protesté contre le fait que la loi ne considérait pas cela un crime, et au cours des 18 mois suivants, plus de 5,000 cas de ce genre avaient été recensés par la police selon les données rassemblées par le NSPCC.

L'organisation a donc empressé le gouvernement de "dompter la sauvagerie d'Internet" en instaurant des régulations qui protègeraient réellement les enfants sur les réseaux sociaux.

Le directeur du NSPCC Peter Wanless a confié à la BBC: "Ces chiffres sont la preuve même que l'on ne peut pas compter sur les réseaux sociaux pour protéger les enfants. On ne peut pas attendre que la prochaine tragédie survienne avant de pousser les compagnies de technologie à agir."

L'organisation demande que des règlementations légales soient mises en place afin de faire de la protection des mineurs un devoir pour les réseaux sociaux, et de leur donner une amande s'ils n'y parviennent pas.

Un porte-parole de la National Crime Agency, (une organisation légale britannique qui s'assure de repérer et de sanctionner diverses formes de crime, y compris les crimes commis en ligne, à travers le Royaume-Uni), a déclaré: "Il est vital que les plateformes en ligne qui sont utilisées par des enfants et des jeunes gens mettent en place des mécanismes et procédés robustes afin d'empêcher, d'identifier, et de signaler l'exploitation sexuelle et la maltraitance, y compris la sollicitation en ligne.

"Les enfants et autres jeunes gens ont aussi besoin de pouvoir accéder facilement à des mécanismes qui leur permettent de signaler tout délit potentiel aux plateformes."

Contenu sponsorisé