Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Des pirates utilisent le jeu Momo pour récolter des informations sur des enfants.

Selon la police, le jeu terrifiant Momo pourrait bien être utilisé par des pirates pour récolter des informations sur des enfants.

La poupée terrifiante Momo - une femme avec de longs cheveux, des yeux protubérants et un sourire effrayant - a été utilisée pour cibler des enfants sur les réseaux sociaux, et dans certains cas a été utilisée pour encourager ceux-ci à l'auto-mutilation et au suicide.

Les gens à l'origine du "jeu" Momo contactent des enfants à travers des applications de communication telles que WhatsApp et leur donnent de nombreux gages à accomplir avant de les menacer violemment s'ils ne les complètent pas. La police a désormais peur que les enfants dévoilent leurs informations personnelles afin de satisfaire les manipulateurs du jeu.

Dans une publication Facebook, le service de police d'Irlande du Nord a partagé que les gros titres tels qu' "un jeu suicide frappe le Royaume-Uni" sont fallacieux, car ils passent à côté du "vrai problème" qu'est le contenu échangé entre ces pirates et leurs victimes.

"Peu importe la personne ou la chose qui est derrière tout ça, on ne peut pas nier que le contenu qui est envoyé est affreux."

La publication explique ensuite aux parents comment "le jeu" fonctionne, disant que le danger de ce jeu est qu'il est difficile pour les enfants de dire non à la pression que les pirates exercent sur eux.

La publication disait ensuite: "Un 'contact maudit' envoie un numéro et vous dit de les contacter sur WhatsApp.

"J'ai vu une vidéo d'une telle interaction en Amérique qui montrait un enfant recevoir l'enregistrement d'une voix menaçante qui lui disait de se mettre un couteau sous la gorge.

"Un autre menaçait sa famille si le 'gage' n'était pas complété. C'est terrifiant.

"Il y a de nombreuses variantes et, évidemment, des imitateurs."

La police encourage les parents à utiliser des systèmes de contrôle parental pour protéger leurs enfants, et elle leur a expliqué que personne en ligne ne peut leur faire faire quelque chose qu'ils ne veulent pas faire.

Contenu sponsorisé