Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Le Google Assistant disponible sur Android Messages

Le Google Assistant sera bientôt disponible depuis Android Messages.

L'assistant virtuel aux réponses intelligentes sera disponible sur l'application d'échange de messages sur le système d'exploitation mobile de Google "dans les mois qui approchent", et de nouvelles langues seront ajoutées à Google Maps.

Une publicité lors des Oscars ce dimanche 24 février 2019 suggérait des sujets dont les gens pourront discuter en utilisant le Google Assistant sur l'application.

Une exemple en particulier disait: "#HeyGoogle, que se passe-t-il lorsque vous avez besoin de critiques sur un motel comme si votre vie en dépendait? #Oscars (sic)"

Cette nouvelle survient après que l'un des cadres de Google a déclaré qu'une "nouvelle réglementation" sera nécessaire pour régler les problèmes de confidentialité des assistants virtuels.

Scott Huffman - le vice président d'ingénierie de l'Assistant Google - a admis que certains problèmes doivent être gérés au fur et à mesure que la technologie change, et il a pris en exemple la façon dont le monde s'est adapté au téléphone pour montrer comment les choses pourraient évoluer.

Il a confié à CNET: "Si vous pensez à Google Home ou Alexa, ce sont vraiment les premiers appareils qui ne sont pas des appareils personnels. Ce sont des appareils informatiques qui vivent dans un environnement partagé...

"Ces choses vivent désormais dans une même pièce avec nous tous, et nous en sommes tous les utilisateurs. Comment fonctionne donc la confidentialité? Honnêtement, je pense qu'une nouvelle réglementation sera nécessaire au final, au fur et à mesure que la société découvre comment gérer ces appareils."

Prenant en exemple les écoutes téléphoniques qui sont illégales sans un mandat, Scott Huffman a expliqué que c'est là un problème que la société continue d'essayer de comprendre.

Il a ajouté: "Donc cette règle était pour cette génération de la technologie. Avec l'intelligence artificielle, on va finir avec une société qui comprendra mieux ce procédé."

Il a aussi déclaré: "Je ne sais pas s'il y aura besoin d'une règlementation ou pas. Je ne suis pas la bonne personne à qui demander ça."

Contenu sponsorisé