Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Les smartphones utilisés dans la recherche contre le cancer

Une équipe de recherche en cancérologie utilise des smartphones pour collecter des données sur la maladie.

L'équipe de chercheurs s'est associée avec la Vodafone Foundation dans l'espoir de construire un réseau de plus de 100 000 smartphones au Royaume-Uni, pour aider à traiter des données pendant que leur propriétaire dorment.

Les personnes qui veulent contribuer à ce plan doivent télécharger une application, partager leurs données ou wifi et s'assurer que leur téléphone est allumé et en charge pendant six heures par nuit.

Selon le Dr Kirill Veselkov, de la faculté de médecine de l'Imperial College London, la recherche contre le cancer est souvent ralentie à cause d'un manque "d'accès au calcul intensif", et les chercheurs espèrent qu'une utilisation massive des téléphones portables pourra leur permettre d'accéder à la technologie nécessaire pour une recherche en cancérologie plus poussée.

"Le progrès de la recherche en cancérologie est ralentie par un manque d'accès au super calcul, nécessaire pour une analyse approfondie, mais cela est limité et coûteux," a déclaré Kirill Veselkov. "C'est un parfait exemple d'un projet scientifique citoyen avec les membres du public directement impliqués."

Le Dr Veselkov et son équipe cherchent de nouvelles combinaisons de médicaments existants qui peuvent être adaptés pour les besoins individuels des personnes atteintes d'un cancer.

"Disons qu'il y a 100 000 médicaments, avec différentes combinaisons, cela fait un billion de possibilités," a t-il ajouté sur BBC News. "Si vous voulez traiter ces possibilités, cela pourrait prendre 300 ans. En exploitant la puissance de 100 000 téléphones, vous pouvez le faire en deux ou trois mois."

La recherche se fera via une application appelée Dreamlab, que les volontaires devront télécharger. Les données peuvent être envoyées au téléphone par wifi ou données mobiles, avec une limite de 500 MB par mois.

Aucunes données n'est récupérés sur l'appareil ou sur une application installée dessus.

"Les gens oublient que la capacité de traitement d'un smartphone moderne haut de gamme est aussi puissante qu'un ordinateur d'il y a seulement quelques années," a expliqué Ben Wook, analyste à CCS Insight. "Ca a du sens d'exploiter cette ressource, particulièrement lorsqu'un téléphone n'est pas utilisé pendant la nuit et qu'il charge pour le lendemain."

Contenu sponsorisé