Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Zoom : le gouvernement britannique défend l'utilisation de l'application malgré ses défauts

Le gouvernement britannique a défendu l'utilisation de l'application Zoom lors des conseils de ministres mais aussi entre les membres du parlement.

De nombreux doutes ont émergé après que Boris Johnson, le Premier ministre anglais, a posté une photo sur son compte Twitter dans laquelle on aperçoit un numéro d'identification d'une des personnes présentes lors de la vidéoconférence.

Un porte-parole du gouvernement a déclaré à BBC News : « Dans cette période totalement inédite, le besoin d'être en contact est vital ».

Une autre source a révélé que l'application était facile à mettre en place au sein des différents ministères et départements mais que dans le futur, un système plus cohérent et poussé sera mis en place.

L'application est en plein essor suite à l'augmentation massive du télétravail et du besoin de faire des réunions en cette période de pandémie. Cependant, Zoom a déjà été, à plusieurs reprises, piratée et de nombreuses personnes pensent que cela pourrait de nouveau se produire.

Thomas Rid, un professeur à l'université Johns Hopkins, a déclaré : « Le Covid-19 a créé - et continue de créer - des opportunités de collecte de données. Zoom est une aubaine dans ce domaine car on va pouvoir apprendre beaucoup de nouvelles choses ».

Le gouvernement britannique a tenu à rappeler qu'il pouvait se retrouver dans d'autres endroits plus sûrs afin de parler des sujets « sensibles ».

Les membres du Parlement sont tous confinés chez eux et Zoom leur permet de rester en contact malgré l'éloignement.

Par ailleurs, Zoom a expliqué qu'elle travaillait en collaboration avec le gouvernement mais aussi avec l'Agence Britannique de Cyber-Sécurité afin de régler leurs failles en termes de sécurité.

Contenu sponsorisé