Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Coronavirus : Amazon ne va stocker que les produits de première nécessité

Amazon va refuser d'entreposer temporairement des produits qui ne sont pas indispensables afin de répondre à la demande grandissante de produits à usage domestique engendrée par la pandémie de coronavirus.

Les personnes ayant commandé des produits jugés non-indispensables par la firme américaine verront leur commande être repoussée de plusieurs semaines puisque cette initiative doit durer jusqu'au 5 avril prochain.

Tous les entrepôts situés aux Etats-Unis et en Europe sont concernés.

Amazon a déclaré à la BBC : « Nous allons prioriser, de manière temporaire, les produits à usage domestique, les médicaments ainsi que tous les produits qui sont actuellement très demandés afin de pouvoir recevoir, se réapprovisionner et envoyer les commandes au plus vite. Nous comprenons bien que c'est un changement hâtif et nous espérons que nos partenaires comprennent cette démarche ».

Par ailleurs, afin de répondre à la demande accrue, Amazon va embaucher 100 000 personnes supplémentaires, et les employés américains bénéficieront, au mois d'avril, d'une augmentation de leur salaire de deux dollars par jour.

Dave Clark, le vice-président en charge des opérations mondiales, a déclaré dans un post en début de semaine : « Recevoir un produit sur le pas de votre porte est devenu une priorité, surtout pour les personnes les plus âgées. Nous constatons une augmentation régulière de la demande, ce qui veut donc dire qu'il faut renforcer notre effectif durant cette période ».

Amazon souhaite également que les personnes embauchées durant cette période puissent retourner travailler chez leur ancien employeur, sans qu'il y ait de problèmes, une fois que les choses seront rentrées dans l'ordre.

Dave Clark a ajouté : « Nous voulons dire à toutes les personnes qui vont nous rejoindre qu'elles sont les bienvenues. Dès que les choses se seront calmées, nous souhaiterions que ces personnes puissent retourner travailler chez leur ancien employeur ».

Contenu sponsorisé