Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Uber inquiète les conseils municipaux

De plus en plus de conseils municipaux refusent de renouveler la licence de transport d'Uber.

Déjà en difficulté à Londres où le Transport for London (TfL) refuse de renouveler son permis d'exploitation à cause d'inquiétudes concernant la sécurité des passagers, Uber doit maintenant faire face à un second refus des membres du conseil à Brighton. Ces derniers ont choisi de ne pas renouveler la licence de la firme à cause d'inquiétudes concernant la sécurité des données et la provenance des chauffeurs.

"Notre priorité est la sécurité des résidents et des visiteurs et, en raison de la violation des données et le manque d'engagement pour utiliser des permis de conduire ici, nous n'étions pas convaincus que UBL (Uber Britannia Limited) soit une personne adaptée pour avoir un permis d'opérer," a déclaré un porte-parole du conseil.

Uber a déjà fait part de son intention de faire appel de cette décision, comme il l'a déjà fait à Londres.

La société de transport avait déjà dû faire d'importants changements sur son application pour les utilisateurs londoniens, suite à des plaintes du TfL.

Dans un post sur le site d'Uber en mars, les développeurs de l'application ont annoncé que les courses seront maintenant acceptées avant d'attribuer un chauffeur, et seuls les chauffeurs avec une licence pourront conduire dans Londres.

Ces changements arrivent alors que certains des chauffeurs d'Uber, particulièrement ceux opérant dans les aéroports dans la périphérie de Londres, pouvaient se voir accorder leur licence par des autorités voisines.

Uber avait récemment promis de signaler un crime directement à la police, alors que des passagers étaient mis en danger à cause de retards de signalement d'agressions sexuelles.

Contenu sponsorisé