Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

L'ancien patron d'Uber à la barre

Travis Kalanick est apparu à un procès, dans lequel son ancien employeur Uber a été accusé de vol de technologies de voiture autonome par Waymo, filiale de Google.

L'ancien patron d'Uber a comparu à San Francisco, où deux des plus grosses firmes dans la sphère de la technologie autonome s'affrontent. Il a été questionné sur les allégations qui l'accusent d'avoir arrangé le vol des secrets de fabrication de Waymo.

Mr. Kalanick est accusé d'avoir organisé une rencontre avec l'ancien employé de Google Anthony Levandowski pour discuter du problème.

Lors du procès, un pass visiteur et des notes prétendument prises lors de la réunion ont été montrés au jury.

Les notes contenaient la phrase "le laser est la sauce" qui serait une référence à la technologie au centre du procès.

"Mr Kalanick, le président d'Uber à l'époque, a pris la décision que gagner était plus important qu'obéir à la loi," a déclaré Charles Veerhoven, avocat d'Alphabet, dans sa déclaration préliminaire.

Alphabet prétend que 14 000 fichiers de données qui ont été téléchargés pourraient être utilisés pour développer la technologie de conduite autonome.

Mr Kalanick, qui a assuré ne pas se rappeler de cette réunion, avait démissionné de son poste de président d'Uber l'été dernier, suite à la pression des actionnaires. Cependant, il est toujours dans le comité d'Uber.

Mr Levandowski a fondé Otto, qui a été ensuite racheté par Uber, suite à son départ de Google.

Pour sa part, Uber ne conteste pas que les documents aient été pris mais la firme américaine assure qu'elle n'en a pas bénéficié.

Contenu sponsorisé