Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Les conducteurs européens réticents concernant les véhicules autonomes

Deux tiers des conducteurs en Europe préfèreraient toujours avoir une voiture traditionnelle si les véhicules autonomes décollent.

Une étude commandée par Mazda Motor Europe a dévoilé que 66% des conducteurs préfèreraient rester derrière le volant même si les véhicules sans conducteur deviennent disponibles, les chiffres pour le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Autriche et la Pologne montant à 71%.

Il a également été révélé que seulement 33% des conducteurs "apprécient l'avancée des voitures autonomes" et que les 18-24 ans n'étaient pas plus enjoués que les 25-34 ans ou les 35-44 ans.

"En tant que marque, nous adorons conduire et cette recherche démontre très clairement qu'un grand nombre de conducteurs européens sont d'accord avec nous," a déclaré Jeff Guyton, PDG de Mazda Motor Europe. "Bien sûr, il y a un rôle pour les voitures autonomes mais pour nous, et pour beaucoup d'autres, il n'y a rien qui ressemble au plaisir de conduire. C'est pourquoi à Mazda, nous voulons placer les conducteurs au coeur de tout ce que nous faisons. C'est pourquoi notre actuelle campagne Drive Together se concentre sur le lien entre la voiture et le conducteur."

"Nous appelons cela Jinba Ittai, qui est la phrase japonaise utilisée pour décrire la parfaite harmonie entre l'archer monté et son cheval. C'est cette philosophie centrée sur l'humain qui étaye notre entreprise et nous aide à créer des voitures qui amènent le conducteur plus près de son véhicule. Si vous regardez l'industrie automobile en général, nous pensons que plein de constructeurs retirent le plaisir de conduire aux conducteurs. A Mazda, nous combattons contre cela et cette recherche montre clairement qu'il y a un énorme pourcentage de conducteurs qui veut seulement être derrière le volant. Dans un monde qui questionne l'action de conduire et dévalue le rôle de la voiture et du conducteur à travers des changements technologiques, nous allons continuer à défier la convention pour l'amour de la conduite."

Contenu sponsorisé