Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Facebook veut lutter contre le revenge porn

Facebook demande à ses utilisateurs de leur envoyer leurs propres photos dénudées pour les protéger contre le revenge porn.

Le réseau social s'est associé à une agence du gouvernement australien pour combattre la pratique de plus en plus courante des ex qui postent en ligne des photos nues de leur ancien partenaire. Ils espèrent que leur plan empêchera cela d'arriver dans le futur.

Julie Inman Grant, commissaire de sécurité en ligne a révélé comment les victimes des ces abus peuvent prendre des mesures pour arrêter l'envoi de ces images sur Facebook, Instagram ou Messenger.

"Nous voyons beaucoup de scénarios où peut-être les photos ou vidéos ont été prises de manière consensuelle mais où il n'y avait aucun consentement pour les publier en ligne," a t-elle expliqué.

Il est demandé aux personnes inquiètes de voir leurs photos mises en ligne de contacter la commissaire de sécurité, qui leur conseillera d'envoyer leur photo sur Messenger. De là, Facebook les marquera, afin que, si ces photos apparaissent en ligne, elles soient bloquées.

"Ce serait comme vous envoyer à vous-même votre image par mail, mais c'est évidemment une façon plus sûre et sécurisée de le faire," a t-elle ajouté.

"L'image ne sera pas enregistrée. Ils enregistrent le lien et utilisent une intelligence artificielle et d'autres technologies de correspondance de photos. Si quelqu'un essaye de télécharger la même image, qui aura la même empreinte numérique, il en sera empêché."

"Ils ont pensé à plein de différentes façons pour lutter contre ça et ils en sont arrivés à la conclusion, en tant que la plus grande entreprise de technologie, que c'était la manière la plus sûre pour les utilisateurs de partager l'empreinte digitale. Nous sommes confiants qu'ils ont choisi la direction la plus sécurisée. Nous voulons donner aux gens le moyen de se protéger et d'agir. Nous ne voulons pas les rendre vulnérables."

Contenu sponsorisé