Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Des plantes pour détecter des composés chimiques dangereux ?

Les maisons pourraient un jour avoir des plantes encastrées dans les murs pour prévenir les composés et produits chimiques toxiques.

Une étude de l'Université du Tennessee a présenté ses plans pour des plantes génétiquement modifiées qui seraient encastrées dans les murs d'une maison ou d'un bureau afin qu'elle détectent des produits chimiques dangereux dans l'atmosphère.

"Les plantes d'intérieur sont omniprésentes dans notre environnement. Elles peuvent être bien plus utiles que seulement faire jolie," a déclaré Neal Stewart, co-auteur de l'étude. "Elles pourraient nous alerter de la présence de dangers dans notre environnement. A travers les outils de la biologie synthétique, il nous est possible de concevoir des plantes d'intérieur qui peuvent servir comme des éléments de la conception architecturale qui plaisent à nos sens et qui fonctionnent comme des capteurs d'agents environnements qui pourraient nuire à notre santé, comme la moisissure, le radon ou une haute concentration de composés organiques volatils."

Les plantes pourraient même détecter la présence des influenzavirus A et changer de couleur selon le composé détecté.

"Les développement dans la biologie synthétique pourraient permettre aux plantes d'intérieur d'agir comme photocapteurs," ont-il ajouté dans le magazine Science. "Ces plantes pourraient être conçues pour signaler des éléments potentiellement dangereux pour la santé humaine. L'activation de ces capteurs pourrait changer la couleur des feuilles ou de la fleur, la fluorescence ou peut-être même changer le motif floral comme avertissement. De nombreux types de plantes d'intérieur pourraient être incrustés dans un mur avec des lumières LED pour détecter des agents microbiomes."

Contenu sponsorisé