Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Facebook teste un bouton 'downvote'

Facebook a testé un bouton "downvote" sur son site aux Etats-Unis en février dernier et le réseau social mène maintenant plus de recherche sur sa nouvelle fonctionnalité en Nouvelle Zélande, avec ce bouton apparaissant sur certains posts publics.

Selon BBC News, il n'y a pas de plans immédiats pour lancer le bouton "downvote" sur le réseau social mais ces nouvelles recherches montrent que cette option devrait probablement apparaître dans le futur.

Ce concept arrive après le succès durable du site de discussion Reddit, qui propose de "upvote" ou "downvote" un post selon sa popularité. Avec un grand nombre de "downvotes", la visibilité d'un post sera réduite.

Cela pourrait faire baisser les commentaires négatifs et la propagation de la haine sur internet, puisque ces contenus n'auraient pas la même visibilité qu'actuellement.

Facebook a testé le bouton pour voir si cela permet "de meilleures discussions publiques".

"Nous espérons que cette fonctionnalité nous permettra de créer de tels espaces plus facilement, en mettant en avant les commentaires qui méritent d'être vus selon les lecteurs, plutôt que les commentaires qui suscitent de fortes réactions émotionnelles," a déclaré un porte-parole sur BBC News.

Actuellement, les utilisateurs peuvent aimer un post, commenter ou laisser une réaction - comme heureux, triste ou en colère - sous la forme d'un emoji.

Cependant, Facebook a assuré que la fonctionnalité testée n'était pas un bouton "je n'aime pas" et qu'il ne fonctionnerait pas de la même façon que le bouton "j'aime".

"Etant donné l'actuel débat sur le rôle de Facebook dans les discussions publiques en ligne, il semble logique que la plateforme teste différentes façons pour que les utilisateurs interagissent avec le contenu publié dans un espace public," a déclaré Jack Kent, un analyste à IHS Markit, à BBC News.

"Si la compagnie a déjà fait part de son opposition à un bouton "je n'aime pas", elle a déjà élargi ses options de réactions avec les emojis en 2016."

Contenu sponsorisé