Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Les Australiens préféreraient les voyages au sexe

Une étude a révélé que les Australiens préféreraient des vacances à l'étranger plutôt que de partager un moment d'intimité avec leur partenaire, s'ils avaient à choisir une activité entre les deux.

Selon le site Agoda.com, lorsqu'on a demandé aux Australiens quelle était l'activité qui les enthousiasmait le plus,

57% des personnes interrogées ont déclaré préférer partir en vacances, tandis que seulement 25% ont déclaré qu'ils préféreraient avoir un rapport sexuel. Parmi les réponses communiquées, le sport représentait un faible pourcentage [7% précisément], tandis qu'une soirée en dehors de la maison représentait à peine 6%.

Il semble que ce soit majoritairement les femmes qui préféreraient partir en vacances plutôt que d'avoir un rapport sexuel, car 69% ont préféré cette option, contre 45% pour les hommes.

La préférence pour les vacances atteint son paroxysme pour les Australiens âgés de 55 ans et plus, avec 64%, tandis que jeunes âgés de 18 à 24 ans préférant les vacances par dessus tout autre plaisir représentent 46%.

Selon l'étude, ce sont les personnes âgées de 45 à 54 ans qui aimeraient le plus le sexe, avec 30 % d'entre eux ayant choisi cette activité détente, choisissant ce sexe, contre 20 % pour les personnes de 18 à 24 ans.

Par ailleurs, une autre étude avait auparavant révélé que les amours de vacances ne sont pas aussi populaires parmi les jeunes de nos jours, avec un total de 70% des jeunes de 18 à 35 ans interrogés qui ont déclaré n'avoir jamais eu d'amour de vacances, tandis que 50% des personnes interrogées ont déclaré ne pas être intéressés par ce genre d'idylle.

L'Étude affirme: «Bien sûr, il est logique qu'avant l'apparition de Tinder, il était beaucoup plus fréquent de rencontrer des gens dans un bar ou autour de la piscine.

"Mais peut-être que la fin des amours de vacances n'est pas une si mauvaise chose, compte tenu des bêtises qui ont pu être faites à cette occasion et du chagrin que les générations précédentes ont pu vivre suite à cela''.

Contenu sponsorisé