Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

La police renonce à un logiciel qui prédit les crimes

La police a renoncé à un logiciel qui prédit les crimes.

Le logiciel était destiné à prédire quand et où un crime allait se produire mais il a été abandonné par la police britannique qui a estimé que le système ne produisait pas de résultats positifs de façon certaine.

Kent Police était la première force en Angleterre et au Pays de Galles à adopter la "surveillance prédictive" en 2013 mais les policiers ont déclaré qu'il était difficile de démontrer si ce système avait permis de réduire le crime.

Malgré l'abandon de ce projet, les policiers ont révélé que le logiciel avait été très utile pour la surveillance préventive.

Chris Carter, président de la Kent Police Federation, a déclaré à la BBC : "Lorsque j'étais un inspecteur de quartier, le logiciel m'a été très utile. Nous nous déployions selon les informations données par le système."

Le commissaire John Phillips a expliqué que le logiciel permettait aux policiers d'identifier les espaces publics qui avaient besoin de patrouilles mais a noté qu'il ne prédisait pas vraiment le crime.

Le logiciel fonctionnait en utilisant les tendances passées et les informations actuelles pour prédire quand et où le crime pouvait se passer. Il a été lancé au Royaume-Uni en avril 2013 après un essai de quatre mois à Medway, qui a vu sa violence des rues chutée de 6%.

Le crime a augmenté lors de la première année après le lancement du logiciel, mais les policiers ont reconnu qu'ils ne savaient pas encore comment bien maîtriser le logiciel.

Contenu sponsorisé