Veuillez activer JavaScript pour profiter pleinement des fonctionnalités de GMX.

Oxford veut une zone zéro émission

Oxford pourrait avoir la première zone zéro émission au monde.

Le département et la mairie ont annoncé leur proposition de seulement accepter les véhicules électriques dans certaines zones de la ville, en commençant par certains types de véhicule et certaines rues en 2020 avant d'éventuellement élargir pour inclure tous les types de véhicule et une plus grande partie du centre-ville en 2035.

"La pollution atmosphérique toxique et illégale dans le centre-ville nuit à la santé des habitants d'Oxford," a déclaré le conseiller John Tanner, membre du conseil d'administration pour un Oxford propre et vert. "Un changement progressif est nécessaire. La Zero Emission Zone est ce changement. Tous ceux qui roulent avec des véhicules à essence ou diesel dans Oxford contribuent à rendre l'air de notre ville toxique. Tout le monde doit faire sa part, du gouvernement national et autorités locale en passant par les entreprises et les habitants, pour en terminer avec cette urgence sanitaire publique."

"Le département et la ville ont tous les deux proposé une zone zéro émission d'ici 2020 dans le centre-ville, avec des mesures supplémentaires pour arrêter la pollution chronique dans St Clement's Street, High Street et St Aldate's. Tous ceux qui sont dans le centre d'Oxford ont le droit de respirer de l'air pur. J'incite tout le monde à participer à la consultation. Nous avons besoin de savoir, en détail, quels sont les besoins des gens, afin que l'on puisse programmer une zone zéro émission qui minimise l'impact sur les entreprises et les habitants et maximise l'impact sur la santé de la ville."

Le département demande maintenant l'opinion des habitants locaux, des entrepreneurs et de ceux qui prennent les transports publics en ville.

"Nous voulons entendre tous ceux qui utilisent le centre-ville - dont les entreprises, les firmes de bus et taxi et les habitants locaux - pour qu'on ait la vision la plus globale," a ajouté la conseillère Yvonne Constance. "Nous savons qu'il y aura une grande variété d'opinions et nous voulons toutes les entendre. Le pragmatisme sera une partie importante de tout ce que nous prévoyons mais nous nous sommes fixés des objectifs et maintenant, nous aimerons entendre l'opinion des gens sur ces propositions."

Contenu sponsorisé